Je vous écris d’Andalousie, par Françoise Diago

– C’est vous qui avez écrit ça Luis ? L’homme hoche la tête en rougissant. – Vous savez, c’est magnifique! – Oh, vous moquez pas Mademoiselle Denise ! J’suis quelqu’un de simple moi. J’ai pas fait d’études ! Ecrire, pour un ouvrier, c’est pas normal. Bricoler, jardiner, oui, mais pour le reste c’est des chichis et chez nous, les chichis on n’aime pas. – Oh, mais non ! Je suis très sérieuse. Vous devez continuer, je vous assure. Vous avez énormément de talent. Comment a-t-il pu être aussi stupide pour égarer son cahier chez La Grise. La Grise, c’est comme ça que tout le monde […]

Sonne sonne sonne, par Isabelle Brault

Les sonnettes des demeures trahissent au moins un trait de caractère de son propriétaire. A chacune de mes » incartades sonnantes », ainsi les appelais je avec le temps, j’arrivais à l’âge adulte à un degré de clairvoyance sur la nature des maitre des lieux, phénomène qui décupla mon plaisir à sonner aux portes depuis l’enfance. Le tour que tous les gamins ont joué en sonnant à la porte de la mère Michelle, qu’elle tienne son chat dans les bras, qu’elle apparaisse en bigoudis et robe de chambre sur son balcon ou brandissant un long couteau, criant : »Maudits garnements », est résolument passé. Comme […]

Indiscrétion, par Elisabeth Goulet

Marianne se sent légère ce matin, elle a bien l’intention de profiter intensément de son ultime journée de congés. Demain le train-train reprendra ses droits, ses parents rentrent avec les enfants, après huit jours passés sur la côte basque. Elle se prépare à une séquence shopping, ravie d’arpenter les rues commerçantes de la ville, avide de dénicher de petites merveilles et de donner un coup de jeune à son dressing. Marianne a envie de se faire plaisir, elle se veut séduisante, surprenante, exaltée par l’admiration qu’elle lira dans les yeux de Mathieu. Mathieu et Marianne, c’est une longue histoire, plus […]

Sieste imprévue, par Magali François

Je sais bien que je ne devrais pas être là, lovée contre ce coussin moelleux mais c’est si bon et puis, si je suis arrivée là, c’est par excès de conscience professionnelle. Je vous explique. J’étais tranquillement installée dans le garage, sur ma couverture, et commençais à somnoler. Soudain, j’ai entendu un bruit sourd dans la maison. J’ai de suite pensé « cambriolage », avec tout ce que l’on entend aux informations. N’écoutant que mon courage, je me suis jetée si fort contre la porte communiquant avec la cuisine que le verrou a cédé. C’est quelque chose qui se remplace facilement un […]

Mise en bouche, par Olivier Chabot

Si Dieu est partout, alors, aux yeux de notre héros, des couverts parallèles sur  une nappe blanche et repassée, un duo de verres à pied et un personnel discret, incarnent le nec le plus ultra de la création. Deux témoins et l’adjoint au maire du XIVème arrondissement comme unique public à son mariage : l’ouvreuse du Louvre représenterait Gisèle la mariée, le dévoué serveur de La Brasserie des Arts, notre héros. Les témoins avaient gentiment accepté l’invitation malgré les liens fragiles qui les unissaient tous deux aux futurs époux, liens tissés  patiemment par  la routine de relations  commerciales basiques, devenues courtoises au […]

Elles ne m’auront pas… encore, par Françoise Bretenoux

Il y est. Enfin ! Plus de quinze jours qu’il en rêve, qu’il espère tromper la surveillance de ses filles. C’est terrible. Je ne peux plus rien faire sans qu’elles soient là à me surveiller.: « Ne fais pas ci, ne fais pas ça. On va faire venir quelqu’un . » Elles n’imaginent pas le mal qu’elles me font. Moi, faire venir quelqu’un pour tailler l’ampélopsis de la façade ! ? C’est une humiliation ! Cette maison, Il l’a achetée pour une modeste somme voilà bien longtemps déjà. Il n’y avait que les murs et la toiture de bons. Il y a démoli des cloisons, installé les planchers, les […]

Gourm’hantise, par Martine Ferachou

– La boulangerie, elle fait l’angle de la rue Dumas et du faubourg Gaillard, juste à côté de la grand place. Très passager comme coin… Stationnement facile… Chiffre d’affaire à la hauteur de sa réputation : excellent ! Y a longtemps que l’idée me turlupinait… Mais, jusque là, j’avais pas opéré dans ma ville ! Principe de précaution, tu vois ! Mais l’Gégé (Gégé, c’est mon beau-frère), i’ m’a dit, un soir : – P…, mec, tu t’ vantes, tu t’ vantes, mais si t’es si fort, qu’est-ce t’attends pour te faire la Boulang’ ? T’es pas cap ? Hein ? J’étais le roi […]

Mademoiselle Valentine, par Bernard Marsigny

– Ecoute ma vieille, commença le Maire, maintenant il faut arrêter tes conneries. On m’a encore signalé que certaines plaques mortuaires avaient été endommagées. Tu vois à qui je pense ? La « vieille », à laquelle le Maire vient de s’adresser, n’est autre que Mademoiselle Valentine Hulot, communément appelée « la Hulotte » ou « la Chouette ». Cette jeune fille prolongée avait même, un temps, été jeune, mais n’avait pas trouvé chaussure à son pied. Ce qui faisait dire à certains humoristes du village que les chaussures ont parfois du bons sens. Elle avait fêté la Saint-Valentin avec les autres, mais aucun Valentin n’avait, hélas, […]

Cet inconnu, par Geneviève Richard

L’homme n’avait rien, ni dans sa tenue vestimentaire, ni dans son apparence physique, rien d’original qui accrocha particulièrement le regard. Blouson pastel, pantalon de velours côtelé marron, chaussures de ville noires à lacets, cheveux grisonnants à la coupe nette. Il était d’une stature moyenne, de constitution frêle, d’un âge qui laissait supposer une retraite bien installée. En somme un quidam, un homme passe-partout. Alors pourquoi est-il devenu pour moi une énigme à résoudre? Par trois fois j’avais croisé le chemin de cet inconnu. La première fois c’était sur le rempart qui longe le lycée Guez de Balzac. Il se tenait […]

Zébrures, par Gérald Filias

Rassurez moi, ce n’est pas de la réprobation que je vois dans vos yeux ? De l’étonnement, de l’intérêt, pourquoi pas ! De l’envie ou même de l’incompréhension, je veux bien ! Mais de la réprobation, c’est hors de question ou alors je m’arrête tout de suite. Si vous me dites qu’il s’agit de curiosité… là, je veux bien. Je reprends. Je disais que je ne souviens pas avoir beaucoup pleuré étant petit. De chagrin sans doute, de frustration peut-être, mais de douleur, je n’en ai pas le souvenir. D’ailleurs j’entends encore mes parents dire que j’étais dur au mal. La première fois […]