Les yeux de son père, par Monique Lacotte

Ils traversèrent le pont sous la pluie. Lui continuait de lui parler et elle en avait assez. Entre Annabelle et Denis c’est la discorde. Le sujet ayant été abordé maintes et maintes fois sans résultat, chacun campe sur ses positions. Annabelle sort de ces affrontements le cœur lourd, empreint d’une infinie tristesse. Elle promène alors ses mains sur son ventre, ce ventre dans lequel jours après jours un petit être prend de la place. Quand le galbe de ses hanches aura pris des proportions plus arrondies pense-t-elle, toute tentative d’opposition sera écartée, dès lors on ne pourra plus rien faire. […]

Talons aiguilles, par Bernadette Saby

« Coucou Claire, c’est François ! Après un long silence dû à mes nombreuses occupations, je te propose de venir m’attendre à mon atelier de création littéraire. Je sors entre 18h et 18h30, nous irons nous balader et je t’invite au restau. A tout à l’heure, j’espère. François. » En lisant ce texto à la sortie de son travail, Claire reçoit la chaleur écrasante du dehors en pleine face. Cela laisse présager un énorme orage. Elle se précipite et monte dans le premier bus, pour retrouver son ami d’enfance., heureuse enfin de ne pas être seule. Le ciel chargé de gros nuages, […]

Lune loufoque sous un soleil étrange, par Paul Soussin

« La crainte de la souffrance est pire que la souffrance elle-même ». Paolo Coelho. En descendant l’escalier vite, comme d’habitude, il s’arrête net au moment de sortir dans la rue. Comme d’habitude, il a pensé à enfiler sa chevalière, à emporter sa montre et, comme d’habitude, à prendre son portefeuille en cas d’achat inopiné. Planificateur et précautionneux de nature, il est rarissime que Pierre oublie quelque chose. Pourtant, aujourd’hui, il n’a pas pensé à emmener son vieil ami avec lui en balade. Cet ami lui a permis d’affronter vents et tempêtes, toujours fidèle, à veiller sur le jeune homme. La plupart […]

Huis clos, par Martine Tralieux

Sortie de fête. Douce sensation de bonheur. Surprise ! … François était là. Quelques mots échangés après cinq ans … Mais Pierre est doué pour réussir à l’amener à chaque fois au bord de l’irritation ! Oh ! Maintenant, elle devrait le savoir, depuis le temps … Et pourtant, elle se laisse toujours piéger. Ce qu’Hélène ne comprend pas, c’est pour quelle raison il l’entraîne ainsi, à la limite de la rupture. Et cette nuit, alors qu’ils roulent en direction de la villa, elle se sent épuisée ; épuisée d’argumenter encore et encore … À quoi bon ? Elle sait qu’elle se heurte à un […]

Je vous écris d’Andalousie, par Françoise Diago

– C’est vous qui avez écrit ça Luis ? L’homme hoche la tête en rougissant. – Vous savez, c’est magnifique! – Oh, vous moquez pas Mademoiselle Denise ! J’suis quelqu’un de simple moi. J’ai pas fait d’études ! Ecrire, pour un ouvrier, c’est pas normal. Bricoler, jardiner, oui, mais pour le reste c’est des chichis et chez nous, les chichis on n’aime pas. – Oh, mais non ! Je suis très sérieuse. Vous devez continuer, je vous assure. Vous avez énormément de talent. Comment a-t-il pu être aussi stupide pour égarer son cahier chez La Grise. La Grise, c’est comme ça que tout le monde […]

Sonne sonne sonne, par Isabelle Brault

Les sonnettes des demeures trahissent au moins un trait de caractère de son propriétaire. A chacune de mes » incartades sonnantes », ainsi les appelais je avec le temps, j’arrivais à l’âge adulte à un degré de clairvoyance sur la nature des maitre des lieux, phénomène qui décupla mon plaisir à sonner aux portes depuis l’enfance. Le tour que tous les gamins ont joué en sonnant à la porte de la mère Michelle, qu’elle tienne son chat dans les bras, qu’elle apparaisse en bigoudis et robe de chambre sur son balcon ou brandissant un long couteau, criant : »Maudits garnements », est résolument passé. Comme […]

Indiscrétion, par Elisabeth Goulet

Marianne se sent légère ce matin, elle a bien l’intention de profiter intensément de son ultime journée de congés. Demain le train-train reprendra ses droits, ses parents rentrent avec les enfants, après huit jours passés sur la côte basque. Elle se prépare à une séquence shopping, ravie d’arpenter les rues commerçantes de la ville, avide de dénicher de petites merveilles et de donner un coup de jeune à son dressing. Marianne a envie de se faire plaisir, elle se veut séduisante, surprenante, exaltée par l’admiration qu’elle lira dans les yeux de Mathieu. Mathieu et Marianne, c’est une longue histoire, plus […]

Sieste imprévue, par Magali François

Je sais bien que je ne devrais pas être là, lovée contre ce coussin moelleux mais c’est si bon et puis, si je suis arrivée là, c’est par excès de conscience professionnelle. Je vous explique. J’étais tranquillement installée dans le garage, sur ma couverture, et commençais à somnoler. Soudain, j’ai entendu un bruit sourd dans la maison. J’ai de suite pensé « cambriolage », avec tout ce que l’on entend aux informations. N’écoutant que mon courage, je me suis jetée si fort contre la porte communiquant avec la cuisine que le verrou a cédé. C’est quelque chose qui se remplace facilement un […]

Mise en bouche, par Olivier Chabot

Si Dieu est partout, alors, aux yeux de notre héros, des couverts parallèles sur  une nappe blanche et repassée, un duo de verres à pied et un personnel discret, incarnent le nec le plus ultra de la création. Deux témoins et l’adjoint au maire du XIVème arrondissement comme unique public à son mariage : l’ouvreuse du Louvre représenterait Gisèle la mariée, le dévoué serveur de La Brasserie des Arts, notre héros. Les témoins avaient gentiment accepté l’invitation malgré les liens fragiles qui les unissaient tous deux aux futurs époux, liens tissés  patiemment par  la routine de relations  commerciales basiques, devenues courtoises au […]

Elles ne m’auront pas… encore, par Françoise Bretenoux

Il y est. Enfin ! Plus de quinze jours qu’il en rêve, qu’il espère tromper la surveillance de ses filles. C’est terrible. Je ne peux plus rien faire sans qu’elles soient là à me surveiller.: « Ne fais pas ci, ne fais pas ça. On va faire venir quelqu’un . » Elles n’imaginent pas le mal qu’elles me font. Moi, faire venir quelqu’un pour tailler l’ampélopsis de la façade ! ? C’est une humiliation ! Cette maison, Il l’a achetée pour une modeste somme voilà bien longtemps déjà. Il n’y avait que les murs et la toiture de bons. Il y a démoli des cloisons, installé les planchers, les […]