Le chapeau, par François Benet

Chaque après-midi M. Dupont faisait une promenade et, ce jour de printemps, ses déambulations l’avaient conduit le long du canal qui traverse la ville. Bien que le temps fût ensoleillé, le quai était désert. Soudain une bourrasque l’enveloppa et fit rouler devant lui un chapeau. Un chapeau de femme, en paille, avec un joli ruban rouge dont les deux bouts voletaient. L’homme se précipita pour le rattraper. La capeline s’était immobilisée et, alors que M. Dupont se penchait pour la ramasser, un nouveau coup de vent l’emporta quelques mètres plus loin. L’homme poursuivit sa course à moitié courbé, mais trop tard : le […]

Le passeur, par Jean-Marie Cuvilliez

Il plonge la perche dans l’eau tranquille du canal, trouve un appui sous la vase, s’arc-boute, la repousse lentement, puissamment, et lorsqu’elle est à la poupe, la relève ruisselante et la pique à nouveau vers l’avant du bateau qui glisse silencieux. Entre les berges à demi effondrées le courant sommeille; les lentilles d’eau, rassemblées là, s’écartent sous le ventre de la barque. Plus loin est un saule immense, il y va, passe le rideau des pleureuses, accoste. La proue repose maintenant sur la berge boueuse marquée du pas des vaches qui sont venues boire. C’est là qu’elle descendra tout à […]

Pêche en rivière, par Anne Verillaud

Voilà. Je suis là, et je regarde. Je regarde mon fil de pêche, qui coupe l’eau. Net. Elle se rassemble pourtant aussitôt, et continue son chemin. Plutôt tranquille aujourd’hui : il n’a pas plu depuis longtemps. Sur la berge perchés, des détritus indiquent la hauteur de la dernière crue. Ici, la rivière s’est contentée de monter aux arbres : la berge pentue, la terre sillonnée de racines, des racines assoiffées qui ont bu l’eau. Plus loin, on a cimenté les berges ; on a jeté dans le lit de la rivière des encombrants, trottinettes ou voitures volées ; la rivière […]

S’oublier en mer, par Stéphanie Champagne

A trop vouloir lutter contre ce qui n’est plus, on implose… Je suis en morceaux. Le regard au loin, j’entre dans la mer, mon élément de toujours. Je ne peux retenir un frisson. Même au beau milieu de l’été, la fraicheur de l’eau, toute relative en cette période, agit comme une piqure de rappel : Oui, je ressens. Malgré la douleur, je suis en vie. Mes pieds quittent enfin le sol, comme une délivrance, comme un envol. Ma tête sort pour aller puiser une bouffée d’air salvatrice. À moins que ce ne soit le contraire ? Est-ce de replonger la tête sous […]

Naufrage, par Agnès Epardeau

Un matin elle se réveille comme d’habitude, sans savoir que c’est le dernier jour de sa vie d’avant, qu’à compter de ce jour précis rien ne sera jamais plus pareil. Elle ne ressent rien, aucun signe avant-coureur, ni le calme avant la tempête, ni les animaux hurlant avant le tremblement de terre, Rien. Tout arrive d’un seul coup, quelques mots suffisent pour l’emporter dans un torrent, un courant plus fort que tout, plus fort qu’elle. Elle essaie de garder la tête hors de l’eau, de surnager, de ne pas couler, elle agite les bras pour suivre ce courant qui l’emporte […]

La forêt de mes rêves juste au bout de la mer, par Muriel Gimenez

Une pause. Juste une pause dans ma vie. Seule la laisse de mer fait monticule sur la plage. Ultime relief terrestre à faire barrage entre l’élément et moi. La plage est vide et le sable se repaît de cette solitude. Je reconnais ce tapis infini de bulles, de remous, de fonds étranges et invisibles. Cette eau qui va et vient est une symphonie qui porte mes pensées et l’immensité en mouvements lumineux s’ouvre à moi. Je m’approche, ôte mes chaussures, viens effleurer un autre monde. L’eau est douce, je fais un ourlet à mon pantalon, entame une marche lente et […]

Une aventure, par Jérôme Jacob

Un souffle de vent avait suffi à lancer son aventure. Benjamin n’était pas peu fier de larguer les amarres comme disaient les marins émérites, ceux qui remplissaient les récits d’aventures et le cœur des filles. Ceux qu’on ne pouvait qu’admirer. Son vaisseau n’était sans doute pas le plus impressionnant, mais il filait déjà à vive allure, librement. La ville commençait à s’étirer de toute part, et voyait passer cet équipage au long cours. A tribord, il pouvait apercevoir l’étal du boucher. Une petite foule s’y pressait déjà. Le ciel était clair. La journée serait longue. Les quais seraient bientôt bondés […]

Sous les ponts de Paris, par Bernard Marsigny

C’est hier soir que j’ai pris ma décision. Je me suis dit qu’il était temps de prendre mon temps une fois pour toutes. Plus question de continuer cette vie imbécile. Métro-boulot-dodo  ça suffit,  je laisse ça à d’autres, moi je me retire.  J’ai envie de flâner. Ce mot n’a jamais été inscrit à mon vocabulaire journalier. Il est pour ainsi dire prêt à l’emploi, comme neuf. Je sens que je vais l’adorer. Avec son petit chapeau sur le « â » je le trouve très amusant. Il me rappelle les grandes vacances quand nous étions gamins et que nous nous faisions des […]

Louise aux pieds nus, par Patrick Uguen

Elle était plantée au milieu de la chaussée, les pieds nus dans une flaque d’eau. Suspendue. Paralysée. Elle ne pouvait plus bouger. Où avait-elle bien pu perdre ses chaussures ? Elle pleura. Ils les avaient achetées ensemble, elle et son compagnon, de bêtes chaussures de ville, lors de leur premier voyage parce que le talon des autres s’étaient cassés et qu’ils n’étaient qu’au début de leur exploration de Florence. Des bêtes chaussures qu’elle portait toujours depuis lorsqu’ils leur arrivaient de voyager encore. Elle pleurait pour des chaussures au milieu des ruines et des débris qui flottaient dans le reflux de […]

Rose, par Françoise Vergnaud

Il faut qu’elle sorte, qu’elle s’échappe, quelle respire à nouveau. Marie ouvre la porte, cligne des yeux sous le soleil.  Elle traverse la basse-cour, dépasse la vaste grange dans laquelle somnolent les vaches, descend dans le pré au milieu des grandes herbes de juin. Là-haut, sa mère repose, pâle dans ses draps blancs. Ses dernières paroles n’avaient pas de sens. Elles troublent pourtant Marie au plus profond d’elle-même. Au bord du ruisseau, un châle de fraîcheur l’enveloppe, consolateur. L’eau s’écoule imperturbable, contourne en chantonnant les cailloux ronds et lisses qui émergent, petits ponts improvisés. Cette permanence la rassure. Le courant […]